*** PROFITEZ DE LA LIVRAISON GRATUITE ***

Le Rejet - Guérir de sa Blessure d'Âme (physique du fuyant)

le rejet blessure - terre spirituelle - spiritualité - psychologie

Caractéristiques de la blessure de REJET

Eveil de la Blessure:

De la conception à un an.

Ne pas sentir le droit d'éxister. Avec le parent du même sexe.

Masque: Fuyant
Parent: Même sexe
Corps: Contracté, étroit, mince ou fragmenté.
Yeux: Petits avec de la peur ou impression de masque autour des yeux.

Vocabulaire:

"nul" "rien" "inexistant" "disparaître"
Caractère: Détaché du matériel. Perfectionniste. Intellectuel. Passe par des phases de grand amour à des phases de haine profonde. Ne croit pas à son droit d’exister. Difficultés sexuelles. Se croit nul, sans valeur. Recherche la solitude. Effacé. Capacité de se rendre invisible. Trouve différents moyens pour fuir. Plane facilement. Se croit incompris. Difficulté à laisser vivre son enfant intérieur.
Plus grande peur: La Panique
Alimentation: appétit coupé par les émotions ou la Peur. Petites portions. Pour fuir: sucre, alcool ou drogue. Prédisposition à l'anoréxie.
Maladies Possibles: peau ; diarrhés ; arythmie ; cancer ; problèmes réspiratoires ; allergies ; vomissement ; évanouissement ; coma ; hypoglycémie ; diabète ; dépression ; suicidaire ; psychose

le rejet - psychologie

Le rejet est une blessure très profonde, car celui qui en souffre se sent rejeté dans son être et surtout dans son droit d’exister. Parmi les 5 blessures, elle est la première à se manifester : elle se présente très tôt dans la vie d'une personne.

Dès l'instant où la personne se sent rejetée, elle commence à fabriquer le masque de FUYANT.

J'utiliserais le terme le fuyant pour désigner la personne souffrant du rejet. Le masque du fuyant est la nouvelle personnalité, le caractère développé pour éviter de souffrir de rejet.

le fuyant - blessure de rejet

 Ce masque se reconnait physiquement à un corps de fuyant, c'est à dire un corps ou une partie du corps qui semble vouloir disparaître. Le corps est étroit et contracté, ce qui le rend plus facile à faire disparaître ou ne pas être trop présent ou visible dans un groupe. C'est un corps qui ne veut pas prendre trop de place, à l'image du fuyant qui essaiera toute sa vie de ne pas utiliser trop d'espace.

Le fuyant est une personne qui doute de son droit à l’existence et qui ne semble pas s'être incarné complètement.

On peut dire qu'un corps est contracté lorsqu'on a l'impression que cette personne se replie sur elle même. Ses épaules sont tournées vers l'avant et les bras sont souvent collés au corps.

Lorsque tu vois quelqu'un avec un corps difforme qui attire la pitié, tu peux également déduire que cette personne souffre d'une blessure de rejet. 

Le visage et les yeux du fuyant sont petits. Les yeux semblent vacants ou vides, car la personne affectée par cette blessure a tendance à fuir facilement son monde ou à être dans la lune. Les yeux sont souvent remplis de peurs.

Porter un masque signifie ne plus être nous même. Nous adoptons une attitude différente dès le jeune âge en croyant qu'elle nous protégera. La première réaction d'une personne rejetée est de fuir. L'enfant en voie de se créer un masque de fuyant, lorsqu'il se sent rejeté, est celui qui vivra le plus souvent dans son monde imaginaire. Ce qui explique pourquoi celui-ci est en général un enfant sage et tranquille ne causant pas de problèmes et ne faisant pas de bruit.

Il s'amuse seul dans son monde imaginaire. Il peut même croire que ses parents se sont trompés de bébé à l’hôpital ou qu'il ne sont pas ses vrais parents.

Le fuyant préfère ne pas s'attacher aux choses matérielles, car elles l'empêcheraient de fuir à son gout. C'est comme s'il regardait de haut tout ce qui est matériel. Il se demande ce qu'il fait sur cette planète et il a du mal à croire qu'il pourrait être heureux ici. Tout ce qui est relié à l'esprit l'attire davantage ainsi que le monde intellectuel. Il n'utilise pas souvent les choses matérielles pour se faire plaisir, car il les considère comme superflues.

Il utilise également le mot "disparaître". Il dira par exemple : "Mon Père traitait ma mère de putain... et je voulais disparaître." ou "Je voulais que mes parents disparaissent."

disparaître fuir

Le fuyant recherche la solitude car s'il recevait beaucoup d'attention, il ne saurait pas quoi en faire. C'est comme si son existence était de trop. En famille et dans n'importe quel groupe, il s'efface. Il croit qu'il doit subir plein de situations désagréables, comme s'il n'avait pas le droit de riposter. De toute façon , il ne voit pas ce qu'il pourrait faire d'autre.

Le fuyant a généralement très peu d'amis à l'école et plus tard aussi au travail. On le considère comme solitaire et on le laisse seul. Plus il s'isole et plus il semble devenir invisible. Il entre dans ce cerce vicieux : il met son masque de fuyant lorsqu'il se sent rejeté pour ne pas souffrir ; il devient tellement effacé que les autres ne le voient plus. Il se retrouve de lus en plus seul et se donne ainsi une raison de se sentir rejeté.

Le fuyant développe souvent des problèmes de peau pour ne pas être touché. La peau étant un organe de contact, son aspect peut attirer ou repousser une autre personne. Un problème de peau chez une personne est un moyen inconscient pour ne pas être touchée, et ce, surtout à l'endroit où se situe le problème. Je me suis même fait plusieurs fois dire par des personnes fuyantes : "J'ai l'impression que lorsqu'on me touche, on me sort de mon cocon." Cette blessure de rejet amène la personne à croire que si elle vit dans son mode, elle ne souffrira plus, car elle ne se rejettera pas et ne sera pas rejetée par les autres. 

C'est pourquoi, dans un groupe, il lui arrive souvent de ne pas vouloir participer et de s'effacer. Elle se retire dans son cocon.

Plus la blessure de rejet est forte chez une personne, plus elle s'attire des circonstances pour être rejetée ou rejeter quelqu'un d'autre.

rejet

Plus le fuyant se rejette lui-même, plus il a peur de se faire rejeter. Il se dévalorise sans cesse. Il se compare souvent à mieux que lui, ce qui le porte à croire qu'il es moins mieux que les autres. Il ne voit pas qu'il peut être mieux que quelqu'un d'autre dans certains domaines. Il a même de la difficulté à croire que quelqu'un d'autre le considère comme ami, comme conjoint ou que les autres puissent l'aimer véritablement. Une mère me racontait que lorsque se enfants lui disaient qu'ils l'aimaient, elle ne comprenait pas pourquoi !

Le fuyant vit ainsi dans l’ambivalence. quand il est choisi, il ne le croit pas et se rejette lui-même, pour parfois finir par saboter une situation. Lorsqu'il n'est pas sélectionne, il se sent rejeté par les autres.

Il n'est pas rare pour un fuyant de dire ou de penser que ce qu'il dit ou fait n'a pas de valeur. Lorsqu'il a trop d'attention, il perd ses moyens, il a peur de prendre trop de place. S'il prend beaucoup de place, il croit déranger. Etre dérangeant signifie pour lui qu'il sera rejeté par la ou les personnes qu'il croit importuner ou tracasser. Il continuera à être effacé aussi longtemps que sa blessure ne sera pas guérie.

Lorsqu'il parle et que quelqu'un lui coupe la parole, sa réaction immédiate est de penser qu'il n'est pas important et il arrête habituellement de parler. Une personne qui n'a pas la blessure de rejet penserait que c'est plutôt que c'est ce qu'elle dit qui n'est pas important plutôt qu'elle même.

Aimer c'est accepter l'autre, même si on ne le comprend pas.

difference

Une autre caractéristique du fuyant est de chercher la perfection dans tout ce qu'il fait, car il croit que s'il fait une erreur, il sera jugé. Pour lui, être jugé équivaut à être rejeté. Comme il ne croit pas à la perfection de son être, il se reprend en essayant d'atteindre la perfection dans ce qu'il fait. Il confond malheureusement le être avec le faire. Sa recherche de perfection peut même devenir obsessionnelle. Il veut tellement tout faire à la perfection que toute tache lui prend plus de temps que nécessaire.

La plus grande peur du fuyant est la panique. Aussitôt qu'il pense qu'il pourrait paniquer dans une situation, sa première réaction est de se sauver, de se cacher ou de fuir. Il préfère disparaître parce qu’il sait que quand il est en état de panique, il fige sur place.

Si tu as reconnu la blessure du rejet en toi, il est plus que probable que ton parent du même sexe se soit lui aussi senti rejeté par son parent du même sexe. De plus, il y a de fortes chances qu'il se sente rejeté par toi également. Même si c'est peut-être inconscient de part et d'autre, cette constatation s'est avérée juste auprès de milliers de personnes du type fuyant.

Souviens toi que la raison principale de la présence de n'importe quelle blessure vient de l'incapacité à se pardonner celle que nous nous faisons ou que nous avons fait aux autres. Il est difficile de se pardonner car en général nous ne voyons même pas que nous nous en voulons. Plus la blessure de rejet est importante, plus cela signifie que tu te rejette ou que tu rejette d'autres personnes, des situations ou des projets.

Nous reprochons aux autres ce que nous faisons nous même et ne voulons pas voir.

C'est la raison pour laquelle nous attirons autour de nous des personnes qui nous montrent ce que nous faisons aux autres ou à nous même.

Un autre moyen pour devenir conscient que nous nous rejetons ou rejetons une autre personne est la honte. En effet, nous vivons un sentiment de honte lorsque nous voulons nous cacher ou dissimuler un comportement. Il est normal de trouver honteux d'avoir des conduites que nous reprochons aux autres. Nous ne voulons surtout pas qu'ils découvrent que nous avons agi comme eux.

N'oublies pas que tout ce qui précède n'est vécu que lorsqu'une personne souffrant de rejet décide de porter son masque de fuyant, croyant ainsi de souffrir selon la gravité de la blessure. Ce masque est porté parfois quelques minutes par semaines, parfois presque en permanence.

Les comportements propres au fuyant sont dictés par la peur de revivre la blessure de rejet. Toutes les blessures ont chacune leurs comportement et attitudes intérieures propres. Ces façons de penser, de sentir, de parler et d'agir reliées à chaque blessure indiquent donc une réaction à ce qu'il se passe dans la vie. Une personne en réaction n'est pas centrée, pas dans son cœur et ne peut pas être bien ou heureuse. Voila pourquoi il est si utile d'être conscient des moments où tu es toi-même ou en réaction. Ce faisant, il est possible pour toi de devenir maître de ta vie au lieu de te laisser diriger par tes peurs.

Guérison de la blessure de rejet:

Le fuyant a souvent une voix éteinte et faible.

La première étape pour guérir une blessure consiste à la reconnaître et à l'accepter,

blessure

sans pour autant être d'accord avec le fait qu'elle soit là. Accepter signifie la regarder, l'observer tout en sachant qu'avoir des chose à régler fait partie de l’expérience de l'être humain. Ce n'est pas parce que quelque chose te fait encore mal que tu es une mauvaise personne.

Avoir été capable de te créer un masque pour ne pas souffrir a été un acte héroïque, une démarche d'amour envers toi même. Ce masque t'a aidé à survivre et à t'adapter à ton environnement.

Nous croyons que nous devons changer quand, en réalité, nous devons guérir. Voila pourquoi connaître nos blessures est si bénéfique, car cela nous permet de guérir plutôt que de vouloir changer.

Il te faut de la compassion et de la tolérance envers toi-même.

amour propre tolérance

Ces qualités que tu développe en même temps envers les autres sont des cadeaux que t'apporte ce cheminement vers la guérison.

Il est important de Garder à l'esprit que ce n'est pas l’expérience qui importe mais bien ce que tu ressens face à cette expérience.

Le corps ne ment jamais. Il reflète ce qu'il se passe aux plans émotionnel et mental.

L'ego croit toujours prendre le chemin le plus facile mais, en réalité, il nous complique la vie. Lorsque c'est l'intelligence qui dirige notre vie, ça peut sembler difficile au début, car cela exige certains efforts mais, en fait, l'intelligence simplifie grandement notre vie.

blessée

Plus nous attendons pour nous occuper de nos blessures, plus elles s'aggravent. Chaque fois que nous vivons une situation qui vient réveiller et toucher une blessure, nous y ajoutons une autre couche. C'est comme une plaie qui s'agrandit. Plus elle s'aggrave, plus nous avons peur d'y toucher. Ça devient un cercle vicieux.

Cela peut même mener à une forme d'obsession, c'est à dire croire que tout le monde est là pour nous faire souffrir. Par exemple, la personne très rigide verra de l'injustice partout et deviendra d'un perfectionnisme excessif. La personne très fuyante, quand à elle, se sentir rejetée par tous et se convaincra que plus personne ne peut l'aimer etc...

seul

L'avantage à reconnaître sa ou ses blessures est que nous regardons enfin au bon endroit. Auparavant, nous agissions comme une personne qui va chez le médecin pour faire soigner son foie quand, en réalité, c'est son cœur qui a des problèmes.

 

Précédent : Les 5 Blessures de l'Âme qui empêchent d'être soi-même.

Laisser un commentaire