*** PROFITEZ DE LA LIVRAISON GRATUITE ***

La Pierre Philosophale

la Pierre Philosophale
On dit que, lors de l’incendie de la grande bibliothèque d’Alexandrie, un seul livre fut préservé. C’était un livre ennuyeux et apparemment dépourvu d’intérêt. Aussi le vendit-on pour quelques sous à un pauvre homme qui savait à peine lire. Or ce livre se trouvait probablement le livre le plus précieux du monde, car sous sa couverture était griffonnées quelques phrases qui contenaient le secret de la pierre philosophale _ pierre qui avait la propriété de transformer tous les métaux en or. L’écrit déclarait que le précieux caillou reposait quelque part sur les bords de la mer Noire parmi des milliers d’autres cailloux qui lui étaient out à fait semblables à ce seul détail près que, tandis que les autres étaient froids au toucher, celui-ci était chaud, comme s’il avait été vivant. Le brave homme se réjouit de sa bonne fortune. Il vendit les quelques biens qu’il possédait, emprunta une somme suffisante pour lui permettre de vivre un an et se mit en route pour la mer Noire. Il s’installa sous la tente et entreprit de rechercher la pierre philosophale. Voici comment il s’y prenait : il soulevait un galet, et si celui-ci était froid au toucher, il ne le rejetait pas sur le rivage, parce qu’en agissant ainsi, il aurait bien pu soulever le même des douzaines de fois; non, il le jetait dans la mer. Ainsi, chaque jour, pendant des heures, il poursuivait patiemment son travail : soulever un galet, un autre, puis un autre… L’homme s’imposa cette tâche durant des semaines, des mois, une année entière. Sans cesse il recommençait : tâter un caillou… il est froid, le jeter dans la mer. Heure après heure, jour après jour, semaine après semaine… toujours pas de pierre philosophale. Un soir comme tant d’autres, il saisit un galet, et voilà qu’il est chaud au toucher… mais la force de l’habitude est telle… que machinalement il le jette dans la mer Noire!

Laisser un commentaire