L'Art de la Peinture - conte de sagesse taoïste - Terre Spirituelle

mai 12, 2021 2 Temps de lecture

Histoire de Sagesse

Conte à raconter au coin du feu.

peintre taoïste

Un grand lettré chinois, peintre réputé, qui avait ses entrées à la cour de l'empereur, s'était mis en tête de d'exécuter son chef-d'œuvre. Pendant des mois, il avait arpenté les sentiers de la montagne à la recherche du paysage idéal.

Ayant enfin trouvé un point de vue sublime, à couper le souffle, il s'était installé dans un village des alentours. Chaque jour, il grimpait à son observatoire, s'absorbait dans une profonde observation du panorama et retournait dans sa chaumière pour traduire sa vision sur la soie.

Il s'appliquait à brosser sommets, pins, rochers, torrents, nuages, cherchant à capter m'esprit des lieux et, selon tous les principes de l'esthétisme en vogue à cette époque, à les ordonner dans une savante et subtile symbolique. Mais à chacune de ses tentatives, il échouait à évoquer l'harmonie qui se dégageait de ce qu'il avait eu sous ses yeux.

Jour après jour, il s'escrimait avec son pinceau sans pouvoir s'approcher de la perfection qui ferait de lui un grand sous le ciel. Désespéré, il décida de consulter un maître chan de ses amis qui s'était retiré sur les flancs de cette montagne. Le moine était un calligraphe et un peintre estimé. Le bonze, après avoir examiné ses esquisses déclara :

-Ce qu'il manque dans ta peinture c'est ce qu'il y a de trop !

Encore plus désemparé, l'artiste retourna s'asseoir devant son paysage. Il le contemplait tout en méditant la phrase du moine qui était un kôan. Il la ruminait sans relâche pour en extraire la sève. Un manque de vide peut-être, entre les éléments pour créer le mystère de l'espace infini où le spectateur se laisserait aller au rêve ?... Ou bien, ses lavis n'étaient pas assez subtils, dégradés, pour évoquer la vie, les souffles, les rythmes, la danse infinie de l'énergie cosmique.

Il était tellement absorbé dans sa méditation, tellement immobile qu'un oiseau le prit pour un rocher et vint se poser sur sa tête sans qu'il s'en aperçoive !

Le chant du rossignol

A fait retentir

Le silence de la montagne.

Ce n'est qu'au chant de l'oiseau qu'il comprit enfin. Ce qu'il y avait de trop, c'était lui-même. Le store de ses pensées se déchira. Il se vida soudain de son trop plein de connaissances, de références, et le paysage entra en lui. Il l'emporta jusqu'à son ermitage, et là, la montagne, la rivière, la montagne, les rochers, les arbres firent danser son pinceau sur la soie blanche pour se peindre eux-mêmes. Et ils lui laissèrent une place modeste mais centrale. Le peintre se représenta au cœur du tableau, petit dans l'immensité du cosmos. Lui, le miroir où se reflétait la mutation sans fin des énergies primordiales du yin et du yang dans le vide.  Lui, l'homme, mesure de toute chose, trait d'union entre le Ciel et la Terre. Lui qui avait su capter leur souffle et qui était devenu leur instrument, la flûte de bambou où chantait la mélodie discrète du monde.

Sagesse du Tao.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Comprendre le sommeil
Comprendre le sommeil

juin 23, 2021 2 Temps de lecture

Comment développer son 6ème sens ?
Comment développer son 6ème sens ?

juin 21, 2021 10 Temps de lecture

Les Neurosciences le confirment : ni magie, ni don, l'intuition est une forme d'intelligence présente en chacun de nous. Elle se cultive, se travaille et s'aiguise au quotidien. Nous avons tous un 6ème sens, mais peu d'entre nous savent l'utiliser correctement. Il existe en effet en chacun de nous une source de vérité et de sagesse qui peut orienter favorablement notre vie.

Comment Lâcher prise avec sa beauté
Comment Lâcher prise avec sa beauté

juin 17, 2021 4 Temps de lecture

Le Lâcher prise consiste pour beaucoup à voir la vie autrement. Pourquoi ne pas appliquer cette méthode à notre apparence ? 

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ