*** PROFITEZ DE LA LIVRAISON GRATUITE ***

Le voyage du tailleur de pierre

Le Voyage du Tailleur de Pierre
Un tailleur de pierre fort habile vivait au pied d'une montagne. Il avait le don pour choisir les meilleures blocs de la carrière, les extraire en un tour de main et les tailler avec adresse. La maîtrise de son art lui valut une belle réputation qui fut colportée jusqu'au chef-lieu du canton. Un riche commerçant lui fit venir pour lui commander des marches de grès rose afin de remplacer son vieil escalier de bois vermoulu. Pendant son travail, le tailleur eu tout le loisir d'apprécier la splendide demeure du bourgeois, ses meubles de bois précieux, ses mets plantureux, ses nombreux serviteurs, sa femme et sa concubine pomponnées dans leurs robes de soie.
Quand l’artisan rentra chez lui, le contraste fut si saisissant qu'il en eut du vague à l'âme. Malgré son talent, il s'éreintait pour parvenir à nourrir tout juste sa nombreuse descendance. Il était condamné à vivre dans une masure étroite et enfumée, à manger du gruau de riz en compagnie de sa femme mal fagotée. Au milieu de leur bruyante marmaille. Jamais il n'aurait la belle vie du bourgeois !
Le lendemain, le tailleur de pierre partit pour la montagne. N'ayant plus le cœur à l'ouvrage, il quitta le sentier qui conduisait à la carrière et grimpa celui qui menait à la cabane de bambou d'un taoïste. Le vieil Anachorète, que l'on disait immortel et magicien, lui servit une tisane douce-amère et lui demanda quel tourment l'avait conduit jusqu'à sa modeste retraite. L'artisan lui conta sa visite chez le bourgeois et, à la fin, se lamenta sur son sort.
-Qui a perçu l'illusion de ce monde mouvant, répondit le sage, qui s'est ouvert au Tao, ne voudrait pas échanger sa hutte contre un Palais. Mais comment renoncer à ce qu'on ne connait pas?
Et le vieillard esquissa de la main une manière d'idéogramme, tout en murmurant quelques mots impénétrables.
le tailleur de pierre se retrouva aussitôt à la place du riche commerçant, dans sa somptueuse maison ornée d'un nouvel escalier de grès rose ! Il ne se posa plus de questions et se hâta de croquer à pleines dents cette vie opulente et douillette.
Quelques jours après, alors qu'il flânait dans la rue principale de la bourgade, le tailleur vit la foule s'écarter pour laisser passer un cortège. C'était le préfet en tournée d'inspection, confortablement installé dans un palanquin doré, entouré de ses laquais et de ses gardes rutilants. L'homme des montagnes, tout ébahi, resta au milieu du passage à contempler le spectacle, obligeant ainsi la procession à s’arrêter. Les gardes se ruèrent sur lui et présentèrent au mandarin le fâcheux qui avait eu l’outrecuidance d’arrêter son palanquin. Le dignitaire furibond, le condamna à recevoir cent coups de bâtons et à payer cent taels d'argent. On n'outrage pas ainsi le représentant du fils du ciel !
Notre tailleur de pierre regretta alors de ne pas avoir souhaité plutôt être préfet. et il se retrouva aussitôt dans le palanquin doré !
Quand il découvrit le palais du mandarin, le tailleur de pierres n'en cru pas ses yeux. Bois laqués, statuettes de Jade et d'ivoire, met raffinés, concubines envoûtantes dans leurs délicates robes de satin, tout ce luxe lui faisait tourner la tête. Au comble du bonheur, il pensa qu'il était parvenu au royaumes des immortels. 
Mais notre dignitaire qui n'avait pas l’expérience de son prédécesseur, reçut un jour une convocation à la cité interdite où il fut signifié que son altesse Impériale, ayant de nombreuses plaintes à son sujet, le démettait de ses fonctions et l'envoyait combattre les barbares du Nord.
Notre tailleur de pierre regretta de ne pas être empereur. Là, au moins, il n'aurait pas de comptes à rendre à personne et il serait maître du monde. Il jouirait d'ailleurs du plus grandiose palais que des yeux mortels puissent contempler.
Et par le pouvoir du Taoïste de la montagne, le tailleur de pierres se retrouva assis sur le trône impérial.
Le nouvel empereur, ne comprenant pas grand-chose à l'argot diplomatique, laissa ses ministres gouverner à sa place. Il préféra jardiner dans le parc délicieusement paysagé de la Cité interdite et se prélasser sur les divans accueillants du gynécée. Et le tailleur de pierre dans son innocence avait mis en pratique, sans le savoir le précepte de Lao-Tseu : Par la vertu du non-agir, l'ordre naturel se maintient.
Mais on ne s'improvise pas impunément Fils du Ciel et sans doute négligea-t-il quelque rite ancestral qui maintenait l'harmonie entre le ciel et la terre. Une terrible sécheresse s’abattit sur l'empire du milieu. Les cours d'eau et les étangs furent à sec, les sources et les puits se tarirent. Même à l'ombre des murs du jardin de la cité interdite, la chaleur caniculaire fit des ravages.
Sous le soleil de plomb, les pivoines, les roses, les orchidées, les bambous et les bosquets nains moururent de soif entre le mains attendries de l'empereur. Le souverain le plus puissant du monde comprit que l'astre solaire lui était supérieur. Et le tailleur de pierre regretta ardemment de ne pas trôner à sa place dans le ciel.
De sa lointaine montagne, le vieux taoïste capta aussitôt sa pensé car, soudain, le tailleur de pierre insatiable se pavanait sur la voûte céleste. De la il pouvait imposer son pouvoir à toute la surface de la terre, caresser et faire chanter la diversité des paysages, des choses et des êtres. Et sans cesse admirer son oeuvre renouvelée. Jusqu'au jour où les nuages revinrent. Tout d'abord il fut borgne, puis complètement aveugle. Il ne pouvait plus jouir du spectacle qu'il créait. Il enragea. Le nuage, cette vapeur inconsistante était donc plus puissant que lui, fournaise ardente. Il regretta de ne pas être à sa place.
Le sage de la montagne exécuta son petit tour de passe-passe et nottrre tailleur de pierre se retrouva nuage. Il fit quelque temps la nique au soleil, lui triant non-chalament son ecran de fumée. Mais il fut bientôt emporté par un grand courant d'air taciturne qui le balança dans les 6 directions, l'effilocha, le déchira. il était sans force entre les mains du vent, plus puissant, le plus insaisissable de l'Univers. Il regretta de ne pas y avoir pensé plus tôt.
Par le pouvoir du vieux sage, le tailleur de pierre fut souffle de vent. Il prit de la vitesse, de la vigueur, se mua en un redoutable ouragan. Il jouait à reverser les arbres, à souffler les toitures, à faire crouler les murs. Il fut arrêté par une haute montagne. Il s'acharna sur elle, tenta de l'ébranler, de la déraciner, de l'escalader. Rien, n'y fit. Il s’essouffla. Il avait donc trouvé plus fort que  lui. Il souhaita être montagne. Et par la magie du Tao, le Tailleur de pierre fut un pic Altier, couronné de nuages.
Il était inamovible et insensible à la neige et aux rayons du soleil. Il pensait avoir atteint a félicité suprême d'un immortel. Mais il sourcilla, manifestant une petite gêne. L'un de ses orteils le démangeait et il ne pouvait pas se gratter ! Comme c'était agaçant ! Insupportable, même ! Il remarqua enfin, à travers une trouée de brume, un humain minuscule, un misérable mortel, qui tenait à la main une masse. C'était un petit tailleur de pierre, un moins que rien qui lui sapait le moral ! Il n'y avait rien de plus puissant au monde que ce pauvre type...
Et après le voyage magique que lui fit faire le sage, le tailleur de pierre se retrouva dans sa carrière au pied de sa montagne. Il admira le paysage comme si se jambes ne l'avaient pas porté jusque-là. Puis il se mit à l'ouvrage chantant à tue-tête. Le soir, il rentra chez lui, embrassa avec plaisir sa femme et ses enfants qu'il trouva plus beaux et plus vrais que les courtisans. Et plus jamais il ne se plaignit de son sort.

 

Ne cherche pas le bonheur dans le verger de ton voisin.

Creuse plutôt à l’intérieur de ton jardin.

.

Terre Spirituelle

Laisser un commentaire